Il Concistoro

À partir de la seconde moitié du XIIIe s., le Consistoire (Concistoro) est devenu l’organe suprême du gouvernement siennois, auquel toutes les magistratures de la République de Sienne furent subordonnées. Présidé par le Capitano del Popolo, sa composition a très fréquemment varié. À l’époque de la République, il comprenait le plus souvent les Neuf Gouverneurs et Défenseurs de la Commune, des Consuls des marchands, des quatre Provveditori de la Biccherna, ainsi que de citoyens tirés au sort pour une durée de deux ans. Le Consistoire était l’équivalent de la Signoria dans d’autres États (Florence entre autres).

Lorsque des affaires d’une importance exceptionnelle venaient à être traitées, le Consistoire se réunissait en s’élargissant aux autres magistratures de la cité appelées les Ordres. À partir de la seconde moitié du XVe s., une nouvelle magistrature, la Balìa, acquit une importance grandissante dans le gouvernement, jusqu’à assumer un grand nombre des prérogatives du Consistoire qui ne conserva, outre le traitement des affaires courantes, des compétences en matière de justice civiles et d’autres, plus limitées, en matière criminelle [1]. Avec la réforme de 1561, le Consistoire continua à subsister sans grands changements et, en 1777, lui fut attribuée la juridiction civile qui relevait jusque-là du juge ordinaire, lequel fut supprimé. Le Consistoire est demeuré actif jusqu’à la domination française.

[1] Voir Archivio di Stato di Siena. Archivio del Concistoro del Coline di Siena. Inventario. Ministero dell’Interno, Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Rome, 1952, p. IX.