Benozzo Gozzoli

Benozzo di Lese di Sandro, appelé Benozzo Gozzoli (Sant’Ilario a Colombano [Scandicci], 1420 ou 1424 – Pistoia, 1497) : peintre.

Gozzoli a effectué un long séjour à San Gimignano, au moins du début de 1464 à la fin de 1467. « Ce séjour du peintre a marqué un chapitre important de l’histoire de la peinture italienne du XVe siècle » et constitué un tournant « de portée politico-idéologique […] en partie dicté par la présence dans la ville de jeunes gens issus des plus illustres familles florentines ».

Après Benozzo, Giuliano da Maiano, Domenico Ghirlandaio, Andrea della Robbia, Piero Pollaiolo, Filippino Lippi, Perugino, Benedetto da Maiano, Pietro Torrigiani, Sodoma, Pintoricchio arriveront à San Gimignano, en personne ou à travers leurs œuvres, « sans oublier les artistes locaux tels que Bastiano Mainardi et Vincenzo Tamagni. » [1]

Au cours des deux premières années à San Gimignano, Benozzo demeure probablement au couvent de Sant’Agostino. D’après une lettre que le peintre adressa à Laurent le Magnifique – appelé « Mon Très Cher [Charissimo] en Christ », signe de sa familiarité avec les Médicis – le 4 juillet 1467 on sait que son assistant Giovanni della Checca, neveu d’Angelico, y vivait depuis cinq ans. En 1464 et 1465, Gozzoli travaille presque exclusivement dans sa spécialité reconnue, en tant que peintre de fresques. Dans la boucle avec

, qui encadrait le polyptyque de Simone Martini sur le maître-autel du chœur (remplacé en 1483 par le

Couronnement de la Vierge

par Piero Pollaiolo)

, le peintre montre son diplôme de 

mise à jour culturelle et sa curiosité artistique et intellectuelle: les dix-sept scènes sont encadrées de pilastres avec des putti à l’ancienne en imitation marbre, en émulation de la sculpture; les architectures internes et externes (scénographies urbaines complexes) sont rendues avec une compétence de perspective et une attention aux nouveautés toscanes-romaines contemporaines (Michelozzo, Alberti, Rossellino, la sacristie des messes)

; son talent de portraitiste se déploie, comme déjà dans la chapelle des Médicis, avec une efficacité extraordinaire, aboutissant à l’autoportrait que le peintre inclut fièrement dans

Départ d’Augustin de Rome, au fond de laquelle vous pourrez admirer une vue de la Ville éternelle avec ses monuments et un beau morceau de paysage ; aux citations de l’antique s’ajoutent les raffinements optiques et luministes originaires des Flandres flamand, tel le remarquable – quoique très abîmé – intérieur de l’église avec vitrail et polyptyque dans le

Santa Monica en prière

; goût anecdotique et plaisirs narratifs animent en douceur les compositions, entremêlées d’une combinaison raffinée de

décorum

,

 copie

est

varietas

d’inspiration albertienne

28

; Les inscriptions latines font office de légendes, confirmant le goût du peintre pour l’écrit, qui l’unit à son professeur Angelico et le détourne de la lignée «purovisibiliste» de Masaccio et Piero della Francesca. Le créateur et commissaire du cycle était fra Domenico Strambi, Docteur en théologie à Paris, qui a ensuite chargé Bastiano Mainardi, élève et beau-frère de Domenico Ghirlandaio, de créer son propre cénotaphe peint sur le mur gauche de la nef (1488)

. Benozzo a dépeint Strambi agenouillé dans la petite fille

Crucifixion

, simulant une icône sur un panneau, représentée au centre de la prédelle de la fresque avec

L’intercesseur de Saint Sébastien pour la peste, également à Sant’Agostino (1464-1465).

Le contrat pour l’autre Saint-Sébastien, martyr et pourtant

contra pestem sur la contre-façade de la Collégiale, le 25 février 1465, le « spectabili magistro Benotio de Florentia pictori eximio » a été attribué, signe de la très haute estime dont jouissait l’artiste dans la ville. Un autre contrat, le 22 avril 1466, fut stipulé «dans la maison de Bartolo di Gimignano dans la piazzetta, où habite l’actuel Maître Benozo peintre de Florence». Probablement après avoir terminé les travaux à Sant’Agostino, Gozzoli a trouvé un logement dans l’une des familles historiques de la ville, dont le bâtiment était proche de la porte San Matteo, l’année de la naissance du futur peintre Bastiano. Au cours des deux dernières années passées à Valdelsa Benozzo, tout en continuant à créer des fresques (comme la Crucifixion et les perdus Annonciation à la mairie), il se consacre également beaucoup à la peinture sur bois. 1466 était pour lui un vrai tour de force ; en plus des deux œuvres qui viennent d’être mentionnées, et d’autres œuvres (le 6 février est payé pour les chiffres sur les piliers de la chapelle de San Sebastiano, ou la contre-façade, dans la Collegiata; le 16 juin pour un rideau destiné à la même chapelle), il a exécuté trois retables, deux pour San Gimignano et un pour les Franciscains de Terni (trois variations sur le thème de la Vierge à l’Enfant, accompagnées d’antiennes mariales, de la Couronnée à la Vierge de l’Humilité au Mariage mystique de Sainte Catherine), et restauré la Maestà par Lippo Memmi dans la Sala del Consiglio (aujourd’hui Sala di Dante).

[1] Benozzo Gozzolia San Gimignano