Pinacoteca Nazionale, Sienne

CDF8F6D5-DFB0-4C5C-98CF-640A4BC603C2.jpeg

Pinacothèque Nationale de Sienne

Via di San Pietro, 29. Siena.

  • Se rendre à la Pinacoteca Nazionale :
Les palais BuonSignori et Brigidi

Le siège de la Pinacoteca Nazionale de Sienne occupe les palais Buonsignori et Brigidi donnant sur la Via di San Pietro, qui datent tous les deux de la fin de la période gothique. Le palais Buonsignori a été construit dans ce même style à partir de 1440, en plein début de la Renaissance, par le banquier siennois Giovanni di Guccio. Sa façade, qui doit beaucoup aux restaurations puristes de la fin du XIXe s., s’inspire de celle du Palazzo Pubblico. L‘édification du second palais, appelé palais Brigidi, est plus ancienne et remonte au XIVe s. Celui-ci est généralement considéré comme étant l’ancienne résidence de la famille Pannocchieschi, et donc celle de Nello, époux de la légendaire et malheureuse Pia de’ Tolomei rencontrée par Dante au Purgatoire [1]Dante Alighieri, Divine Comédie (Purgatoire V, 130-136).. On peut d’ailleurs apercevoir, depuis la salle 8, au second étage du Musée, un bel escalier à vis appelé Scala della Pia.

PRÉSENTATION DU MUSÉE

La collection de ce qui allait devenir l‘actuelle Pinacothèque a été constituée à partir d’un premier ensemble d’œuvres d’art réunies au cours de la seconde moitié du XVIIIe s. par l’abbé Giuseppe Ciaccheri (Livourne, 1723 – Sienne, 1804). Grâce à des acquisitions provenant des confraternités laïques supprimées, en 1783, par Pietro Leopoldo, Grand-duc de Toscane, l’abbé Giuseppe Ciaccheri était parvenu à constituer une collection d’œuvres de qualité non négligeable.

Poursuivre
MILANESI G., Catalogo della Galleria dell’Istituto di Belle Arti di Siena, Siena, 1852.

L’année 1810 fut, à son tour, marquée par la suppression de certains ordres religieux sur décision de Napoléon. C’est à cette occasion que la collection initiale de la Galleria dell’Istituto di Belle Arti di Siena, créée en 1816 sur l’initiative de Giovanni Bianchi, s’enrichit de chefs-d’œuvres en provenance des églises et des monastères consernés par cette suppression. Financée jusqu’à cette date par le grand-duché de Toscane, la Galleria dell’Istituto provinciale di Belle Arti passa sous l’autorité de la Commune en 1846, puis sous celle de la Province de Sienne en 1864, devenant alors la Galleria del Reale Istituto provinciale di Belle Arti. De nouvelles suppressions qui eurent lieu à la fin du XIXe s. (1867), ainsi que plusieurs donations importantes, parmi lesquelles la Collection Spannocchi en 1932, permirent encore d’accroître le fonds du musée. 

Catalogo della galleria del R. Istituto provinciale di Belle Arti di Siena, 1872.

La Pinacoteca Nazionale est l’héritière de la Galleria del R. Istituto provinciale di Belle Arti, elle-même devenue entretemps Regia Pinacoteca. Elle a été inaugurée dans sa forme et dans ses locaux actuels (les Palazzi Buonsignori et Brigidi), en 1932, sous l’autorité scientifique de Cesare Brandi. Son premier catalogue, publié en 1933 par le grand historien de l’art siennois, demeure une référence. 

Catalogo della galleria del R. Istituto provinciale di Belle Arti di Siena, 1864.
LES ŒUVRES EXPOSÉES

Réparties sur les trois étages du bâtiment, les salles des deux premiers étages du musée sont numérotées de 1 à 37 (le troisième étage est actuellement fermé). Les œuvres y sont regroupées par périodes Certaines salles ne sont pas destinées à l’exposition et figurent barrées dans la liste ci-dessous.

Troisième étage

Dorénavant promis à la programmation d’expositions temporaires, le troisième étage a longtemps accueilli la Collection Spannocchi aujourd’hui présentée à Santa Maria della Scala.

Deuxième étage
Premier étage
  • Peinture du Cinquecento (XVIe siècle)
Rez-de-chaussée
IMG_8694.JPG

Œuvres provenant des réserves

Un nombre important d’œuvres est conservé dans les réserves du Musée, pour des raisons qui vont du manque d’espace d’exposition à la fragilité de celles-ci. Pourtant, certaines sortent de l’obscurité à l’occasion d’expositions temporaires. Ce sont, la plupart du temps des joyaux :

Remarque

Lors de la réalisation de l’inventaire photographique des œuvres exposées (celui-ci a été effectué principalement entre juin 2018 et septembre 2019), l’accrochage correspondait à celui qui figure dans les descriptifs salle par salle.

Notes

Notes
1 Dante Alighieri, Divine Comédie (Purgatoire V, 130-136).
%d blogueurs aiment cette page :