Piazza del Campo, Sienne

Place du Campo

La place du Campo, que l’on appelle plus simplement « Il Campo », est exceptionnelle à plus d’un titre. Centre vital de la cité, elle constitue l’écrin de briques du Palais communal, le Palazzo Pubblico. Sa forme légendaire évoque celle d’une immense coquille Saint-Jacques qui aurait été posée là en suivant la pente, ou encore, selon l’imaginaire proprement siennois, « l’omphalos urbain, le cœur de la civitas, l’image du manteau sacré de Marie étendu pour la protection de Saena Vetus Civitas Virginis [1]« […] omphalos urbano, cuore della civitas, immagine del sacro manto di Maria disteso a protezione di Saena Vetus Civitas Virginis […] », Stefano Mazzoni, « Sull’ingresso a Siena di Carlo V (1536) e altre questioni », Engramma : la tradizione classica nella memoria occidentale, n° 160, Università Iuav di Venezia. Centro studi architettura civiltà … Poursuivre ». Lieu symbolique par excellence, c’est ici qu’au troisième jour des festivités organisées à l’occasion de son séjour dans la ville [2]Du 24 au 27 avril 1536, Charles Quint fut accueilli à Sienne avec les honneurs dus à un Dominus Mundi itinérant, de retour de son expédition victorieuse en Tunisie, et à la suite de son entrée impériale dans la Rome de Paul III., eurent lieu les cérémonies les plus splendides et solennelles organisées en l’honneur de Charles Quint, l’arrivée de l’imposant monument équestre mobile « en provenance de la place de l’hôpital [Santa Maria della Scala] [3]« […] fin della piazza dello spedale », Pietro Vigo (a cura di), Carlo V in Siena nell’aprile del 1536. Relazione di un contemporaneo, Bologna, 1884, p. 29. », la visite par l’empereur du Palazzo Pubblico et la représentation, dans « l’emblématique grande salle du Conseil de la cité » ((« […] l’emblematica sala grande del Consiglio cittadino », Stefano Mazzoni, Op. cit.), d’une dramaturgie impériale intitulée L’amor costante composée pour cette circonstance extraordinaire par le pro-autrichien Alessandro Piccolomini (Sienne, 1508 – 1579), membre de l’Accademia degl’Intronati siennoise.

Structure de la place du Campo

Il existait à l’origine douze voie permettant d’accéder à la place dont onze demeurent de nos jours : six sont des rues (vie) et cinq d’étroites ruelles (viuzze) ou passages (vicoli), la plupart couverts :

  • Costarella dei Barbieri (Torre delle Sette Seghinelle)
  • Vicolo di San Paolo
  • Vicolo di San Pietro
  • Vicolo dei Borsellai
  • Vicolo dei Pollaioli
  • Via dei Rinaldini (ou Chiasso Largo)
  • Via del Porrione
  • Via di Salicotto
  • Via Giovanni Duprè
  • Via Casato di Sotto
  • Vicolo del Bargello

Grâce à l’intégration de certains passages dans les façades des édifices ainsi qu’aux emplacements des rues permettant des emboîtements visuels, l’impression d’unité et de continuité du construit est parfaite.

La Fonte Gaia
Les palais de la piazza del Campo

  • Palazzo Petroni
  • Palazzo Piccolomini Salamoneschi
  • Palazzo Ragnoni
  • Palazzo Mezolombardi-Rinaldini
  • Palazzo Tornainpuglia Sansedoni
  • Palazzo Vincenti
  • Palazzo Sansedoni
  • Palazzo Rimbotti
  • Palazzo della Mercanzia
  • Palazzo Saracini
  • Palazzo Scotti
  • Palazzo Accarigi
  • Palazzo Alessi
  • Palazzo Mattasala Lambertini
  • Palazzo Berlighieri
  • Palazzo Piccolomini
Le sol de la place

Notes

Notes
1 « […] omphalos urbano, cuore della civitas, immagine del sacro manto di Maria disteso a protezione di Saena Vetus Civitas Virginis […] », Stefano Mazzoni, « Sull’ingresso a Siena di Carlo V (1536) e altre questioni », Engramma : la tradizione classica nella memoria occidentale, n° 160, Università Iuav di Venezia. Centro studi architettura civiltà tradizione del classico, Rivista elettronica, novembre 2018, http://www.engramma.it/eOS/index.php?id_articolo=3514, consulté le 19 juin 2021.
2 Du 24 au 27 avril 1536, Charles Quint fut accueilli à Sienne avec les honneurs dus à un Dominus Mundi itinérant, de retour de son expédition victorieuse en Tunisie, et à la suite de son entrée impériale dans la Rome de Paul III.
3 « […] fin della piazza dello spedale », Pietro Vigo (a cura di), Carlo V in Siena nell’aprile del 1536. Relazione di un contemporaneo, Bologna, 1884, p. 29.