Taddeo di Bartolo, « Eptittico bifronte per San Francesco al Prato, Perugia »

Taddeo di Bartolo (Sienne v. 1362 – 1422)

Eptittico bifronte per San Francesco al Prato, Perugia (Polyptyque biface à sept volets de San Francesco al Prato, Perugia), 1403.

Tempera et or sur panneau, dimensions : voir chaque panneau.

Inscriptions :

  • Face avant (Madonne à l’Enfant)
    • (dans un cartouche) : « Thadeus Bartoli De Senis Pixit Hoc Opus MCCCCIII » [1]« Taddeo di Bartolo, de Sienne, peignit cette œuvre en 1403 ».
    • (sous les figures des saints)
      • « Sc[…] Iohannis B[…] » ; (dans le cartel du Baptiste) : « Ecce Agnus Dei Ecce Qui Tollit P[…] » [2]« [Le lendemain, il [Jean Baptiste] vit Jésus venant à lui, et il dit :] Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ». Évangile de Jean (Jn 1, 29).
      • « Sct Maria Magdalena »
      • « Sct Caterina »
      • « Sanctus Iohanis Vangelista »
      • « Elisabetha Lusitanie Regina Ungarie »
    • (sur la couronne de la Vierge) : « Mater Pulcre Diletionis » [3]« Je suis la mère du bel amour[, de la crainte de Dieu et de la connaissance et aussi de la sainte espérance. J’ai reçu toute grâce pour montrer le chemin et la vérité. En moi est toute espérance de vie et de force] ». Ecclésiastique ou Siracide ou Livre de Ben Sira le Sage (Si 24, 18-19).
    • (dans le phylactère du Baptiste) : « Ecce Agnus Dei Ecce Qui Tollit »
  • Face arrière (Saint François)
    • (sous les figures des saints) :
      • « Sanctus Erculanus » [4]Herculanus, Ercolano, Herculan (prénom non usité en français) ou Hercule de Pérouse (… – ?, 547) : évêque de Pérouse martyr, mort décapité sur les remparts de la ville sur l’ordre du roi ostrogoth Totila. L’un des trois saints patrons de Perugia avec Costanzo (voir note suivante) et Laurent.
      • « S. Antonius De Padua »
      • « Sanctus Costantius » [5]Constance ou Constant de Pérouse ( … – Foligno, 170) : premier évêque de Pérouse selon la tradition locale, probablement martyrisé près de Foligno lors des persécutions des chrétiens sous le règne d’Antonin le Pieux et Marc Aurèle (ses restes auraient été transportés à Pérouse et enterrés près de l’emplacement de la cathédrale actuelle). L’un … Poursuivre
    • (sur la lettre de Paul) : « Ad Corintos »
    • (dans l’Apparition de François au Concile d’Arles) : « S. Antonio da Padua » ; « S. Franciscus »

Provenance : Église de San Francesco al Prato, Perugia.

Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria et autres collections.

Église de San Francesco al Prato, Perugia.

Le grandiose polyptyque peint sur ses deux faces a sans doute été installé dans l’église de San Francesco al Prato en 1403, date d’achèvement qui figure sur l’œuvre [6]SOLBERG, Gail E. (sous la direction de), Taddeo di Bartolo (catalogo della mostra. Perugia, galleria Nazionale dell’Umbria, 7 mars – 7 juin 2020). Cinisello Balsamo, Milano, Silvana Editoriale, 2020, p. 212.. Peint sur ses deux faces, il était visible depuis la nef (face comportant l’image de la Madone entourée d’une cour de saints) et depuis le chœur où siégeaient les chanoines (face comportant l’image de François d’Assise entouré de ses compagnons).

Le grandiose polyptyque peint a sans doute été installé dans l’église de San Francesco al Prato en 1403, date d’achèvement qui figure sur l’œuvre [7]SOLBERG, Gail E. (sous la direction de), Taddeo di Bartolo (catalogo della mostra. Perugia, galleria Nazionale dell’Umbria, 7 mars – 7 juin 2020). Cinisello Balsamo, Milano, Silvana Editoriale, 2020, p. 212.. Peint sur ses deux faces, il était visible depuis la nef (face comportant l’image de la Madone entourée d’une cour de saints) et depuis le chœur où siégeaient les chanoines (face comportant l’image de François d’Assise entouré de ses compagnons).

Il demeura sur le maître-autel jusque « vers 1535” [8]SOLBERG 2020, p. 212., date à laquelle un nouvel autel était désormais consacré. Au milieu du XVIe s., Vasari note avoir vu “près de la porte de la sacristie quelques figures, lesquelles […] sont connues pour être de la main de Taddeo”, information qui confirme le démantèlement « au moins partiel » de l’œuvre dès cette époque, peut-être afin d’en « rétrécir la largeur pour l’adapter au nouvel autel » auquel il était alors destiné. « Les figures déjà retirées à cette époque, celles que Vasari verra quelques décennies plus tard près de la sacristie devraient logiquement avoir été celles situées aux extrémités latérales de chacune des deux faces, sainte Claire et sainte Elisabeth, associées respectivement avec saint Louis de Toulouse et saint Ercolano. Ce ne serait donc pas un hasard si, à une époque indéterminée, les saintes Claire et Elisabeth ont quitté Perugia tandis que la communauté [franciscaine] conservait les saints franciscains masculins et le saint patron de la cité. On ignore, cependant, ce qu’il advint des scènes narratives correspondantes et des gâbles, qui ne sont jamais évoqués [9]SOLBERG 2020, p. 212. ».

FACE AVANT, Registre principaL
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
  • 1. Chiara d’Assisi (Claire d’Assise), 63 x 48 cm. Gubbio, Museo diocesano.
  • 2. Giovanni Battista (Jean Baptiste), 178 x 43,5 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 3. Maria Maddalena (Marie Madeleine), 178 x 43 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 4. Madonna col Bambino (La Vierge et l’Enfant), 196,3 x 64,2 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 4. Caterina d’Alessandria (Catherine d’Alexandrie), 177,7 x 43 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 6. Giovanni Evangelista (Jean l’Évangéliste), 177, 7 x 43,5 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 7. Elisabetta d’Ungheria (Elisabeth de Hongrie), 157,6 x 26 cm. Assise, Museo del Tesoro della Basilica, Collection Perkins.
Face avant, Predelle (scènes narratives)
8.
9.
10.
  • 8. Presepe di Greccio (La crèche de Greccio [10]La crèche de Greccio : d’après la tradition hagiographique, François, s’étant rendu en Terre Sainte, visita Bethléem, et en revint avec le souvenir de la ville où le Christ était né. Il aurait alors reproduit l’image de la Nativité, à Greccio, à l’occasion d’une nuit de Noël, donnant lieu, dit-on, à la création de la première crèche vivante.), 38,9 x 45 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 9. Miracolo della fonte (Le miracle de la source [11]La légende raconte que par un jour de grande chaleur, alors que le saint parcourait à dos d’âne un sentier, accompagné par un paysan que la canicule et la soif mettaient à rude épreuve. A bout de force, le paysan finit par tomber à terre. Le poverello descendit de la monture, toucha avec l’index un gros rocher : un filet d’eau claire et fraîche jaillit instantanément (cette source … Poursuivre), 39,1 x 44,6 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 10. Predica agli uccelli (Le sermon aux oiseaux [12]« Une volée d’oiseaux vient se poser autour [de François] : [celui-ci] fait à ces paroissiens zélés un petit sermon édifiant sur la bonté de Dieu qui a conservé leur semence dans l’arche de Noé, qui les a habillés de plumes et leur permet de vivre sans semer ni moissonner. » (REAU 1958, III, I, p. 525).), 38 x 39,3 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
Face arrière,registre principal
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
  • 11. Ercolano (Hercule de Pérouse [13]Voir note 1.), 177 x 42,4 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 12. Antonio da Padova (Antoine de Padoue), 177,2 x 42,9 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 13. Pietro (Pierre), 139,1 x 44,6 cm
  • 14. San Francesco che calpesta i vizi (Saint François piétinant les vices), 198,5 x 63,6 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 15. Paolo (Paul), 139,2 x 45 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 16. Ludovico di Tolosa (Louis de Toulouse), 177,4 x 42,8cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 17. Costanzo (Constance [14]Voir note 2.), 177,3 x 42,7 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
Face arrière, Predelle (scènes narratives)
18.
19.
20.
21
  • 18. Prova del fuoco (L’épreuve du feu [15]« Pour convertir le sultan à la foi chrétienne, […] François défie les imams musulmans de passer avec lui à travers les flammes d’un bûcher. Les mécréants préfèrent ne pas s’exposer à cette ordalie du feu et se dérobent. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).), 38,5 x 39,5 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 19. Approvazione della regola (Approbation de la Règle [16]« Éclairé par sa vision (le pape a eu la révélation du rôle futur de François au cours d’un songe), le pape approuve la Règle du nouvel Ordre monastique. » (REAU 1958, III, 1, p. 523)., 38,6 x 44,8 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 20. Visione del carro di fuoco (Vision du char de feu [17]Devant les frères, François est enlevé au ciel par un char de feu. Le « thème [est] emprunté à la légende du prophète Elie. Le char est attelé de deux chevaux blancs. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).), 38,6 x 44,5 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.
  • 21. Apparizione al concilio di Arles (Apparition de François au Concile d’Arles [18]François « apparaît à des moines franciscains d’Arles réunis dans la salle capitulaire pour entendre un sermon de saint Antoine de Padoue et leur dit : ‘Pax vobis’ [Que la paix soit avec vous]. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).), 30,5 x 29,5 cm. ‘S-Heerensberg, Collection Dr. J. H. van Henk, Huis Bergh Castel.
Gâbles et pilastrE droit
22.
23. (D’après SOLBERG 2020, p. 213.)
24.

GÂBLES

  • 22. Redentore benedicente (Rédempteur bénissant), 66 x 34,6 cm. New Haven, Yale University Art Gallery.
  • 23. Il Redentore che mostra le piaghe (Le Rédempteur montrant les plaies de ses mains), 63,8 x 36,2 cm. Perugia, Galleria Nazionale dell’Umbria.

PILASTRE

  • 24. San Sebastiano (Saint Sébastien), 30 x 17,3 cm (avec l’encadrement). Naples, Museo e Reale Bosco di Capodimonte.
Reconstitution du polyptyque
Taddeo di Bartolo. Reconstruction de l’heptaptyque de San Francesco al Prato, Perugia. Face orientée vers la nef, avec la Madone. D’après SOLBERG 2020.
Taddeo di Bartolo. Reconstruction de l’heptaptyque de San Francesco al Prato, Perugia. Face orientée vers le chœur, avec saint François. D’après SOLBERG 2020.

Notes

Notes
1 « Taddeo di Bartolo, de Sienne, peignit cette œuvre en 1403 ».
2 « [Le lendemain, il [Jean Baptiste] vit Jésus venant à lui, et il dit :] Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ». Évangile de Jean (Jn 1, 29).
3 « Je suis la mère du bel amour[, de la crainte de Dieu et de la connaissance et aussi de la sainte espérance. J’ai reçu toute grâce pour montrer le chemin et la vérité. En moi est toute espérance de vie et de force] ». Ecclésiastique ou Siracide ou Livre de Ben Sira le Sage (Si 24, 18-19).
4 Herculanus, Ercolano, Herculan (prénom non usité en français) ou Hercule de Pérouse (… – ?, 547) : évêque de Pérouse martyr, mort décapité sur les remparts de la ville sur l’ordre du roi ostrogoth Totila. L’un des trois saints patrons de Perugia avec Costanzo (voir note suivante) et Laurent.
5 Constance ou Constant de Pérouse ( … – Foligno, 170) : premier évêque de Pérouse selon la tradition locale, probablement martyrisé près de Foligno lors des persécutions des chrétiens sous le règne d’Antonin le Pieux et Marc Aurèle (ses restes auraient été transportés à Pérouse et enterrés près de l’emplacement de la cathédrale actuelle). L’un des trois saints protecteurs de Perugia avec Hercule de Pérouse (voir note ci-dessus) et Laurent.
6 SOLBERG, Gail E. (sous la direction de), Taddeo di Bartolo (catalogo della mostra. Perugia, galleria Nazionale dell’Umbria, 7 mars – 7 juin 2020). Cinisello Balsamo, Milano, Silvana Editoriale, 2020, p. 212.
7 SOLBERG, Gail E. (sous la direction de), Taddeo di Bartolo (catalogo della mostra. Perugia, galleria Nazionale dell’Umbria, 7 mars – 7 juin 2020). Cinisello Balsamo, Milano, Silvana Editoriale, 2020, p. 212.
8 SOLBERG 2020, p. 212.
9 SOLBERG 2020, p. 212.
10 La crèche de Greccio : d’après la tradition hagiographique, François, s’étant rendu en Terre Sainte, visita Bethléem, et en revint avec le souvenir de la ville où le Christ était né. Il aurait alors reproduit l’image de la Nativité, à Greccio, à l’occasion d’une nuit de Noël, donnant lieu, dit-on, à la création de la première crèche vivante.
11 La légende raconte que par un jour de grande chaleur, alors que le saint parcourait à dos d’âne un sentier, accompagné par un paysan que la canicule et la soif mettaient à rude épreuve. A bout de force, le paysan finit par tomber à terre. Le poverello descendit de la monture, toucha avec l’index un gros rocher : un filet d’eau claire et fraîche jaillit instantanément (cette source coule encore de nos jours …).
12 « Une volée d’oiseaux vient se poser autour [de François] : [celui-ci] fait à ces paroissiens zélés un petit sermon édifiant sur la bonté de Dieu qui a conservé leur semence dans l’arche de Noé, qui les a habillés de plumes et leur permet de vivre sans semer ni moissonner. » (REAU 1958, III, I, p. 525).
13 Voir note 1.
14 Voir note 2.
15 « Pour convertir le sultan à la foi chrétienne, […] François défie les imams musulmans de passer avec lui à travers les flammes d’un bûcher. Les mécréants préfèrent ne pas s’exposer à cette ordalie du feu et se dérobent. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).
16 « Éclairé par sa vision (le pape a eu la révélation du rôle futur de François au cours d’un songe), le pape approuve la Règle du nouvel Ordre monastique. » (REAU 1958, III, 1, p. 523).
17 Devant les frères, François est enlevé au ciel par un char de feu. Le « thème [est] emprunté à la légende du prophète Elie. Le char est attelé de deux chevaux blancs. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).
18 François « apparaît à des moines franciscains d’Arles réunis dans la salle capitulaire pour entendre un sermon de saint Antoine de Padoue et leur dit : ‘Pax vobis’ [Que la paix soit avec vous]. » (REAU 1958, III, 1, p. 525).
%d blogueurs aiment cette page :