Giovanni di Paolo, « La Pala di Staggia »

fullsizeoutput_3eef.jpeg

Giovanni di Paolo (actif à Sienne vers 1400 – 1482)

La Pala di Staggia (Le retable de Staggia [1]Staggia : bourg situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Sienne, près de Poggibonsi. Le Musée de Staggia conserve la sidérante Assomption de Marie Madeleine, œuvre de Pollaiuolo. Voir « Staggia Senese ».), 1470 ? [2]La date était encore lisible en 1872, ainsi que le nom de l’artiste, dans le catalogue du musée de cette même année qui signale l’inscription figurant sur le cadre : « Opus Giovanni de Senis MCCCCLXX ».

Tempéra sur panneau, 199 x 210 cm. (avec les boiseries du cadre, en partie originales).

Inscriptions :

  • sur le cadre, en bas au centre : « …STA TAVOLA A FATO FARE CHECHO DI NANNI CINELI GIOVA… DI… DELLA CHIESA DI SC.A MARIA A ST[AGGIA (?)] STATO OP[ERAIO (?)] … »
  • sur le livre tenu par Grégoire : « QUIA IN MULTIS DELINQUIMUS IN MULTIS [… ? …] VIDEMUS IN TERRIS [… ? …] [3]Référence et signification ? ».

Provenance : Eglise de San Silvestro, Staggia Senese.

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Cesare Brandi a indiqué que, dans le catalogue de la collection de 1872, c’est-à-dire peu de temps après que le retable ait quitté l’église de San Silvestro à Staggia Senese, on pouvait lire la date et la signature rapportées de la manière suivante : « Opus Giovanni de Senis MCCCCLVXX ».  Datée et signée, le retable est donc, de manière certaine, l’œuvre de Giovanni di Paolo.

Les différentes scènes représentées dans les panneaux du polyptyque sont les suivantes :

  • Volets central :
    • La Vergine Assunta in un coro di Angeli (L’Assomption de la Vierge dans un chœur d’anges)
fullsizeoutput_39b5.jpeg

1

La Vierge, « idole ferme et sans flou », occupe quasiment tout l’espace du panneau, laissant peu de place disponible à la nuée d’anges musiciens et aux « battement d’ailes des chérubins » [4]TORRITI 1977, p. 430. Les anges qualifiés ici de chérubins sont, en fait, des séraphins (aux ailes rouges). qui l’entourent.

Selon une tradition bien ancrée en Toscane, saint Thomas (fig. 1 et 2), l’incrédule, est présent dans le panneau central agenouillé devant le tombeau que vient de quitter la Vierge, s’apprête à recevoir la ceinture rouge que cette dernière vient de lui envoyer comme preuve de sa montée miraculeuse vers le ciel. Le chœur des anges musiciens, en soulevant Marie, esquisse un mouvement donnant à leurs silhouettes un aspect sinueux et fluide qui n’est pas sans évoquer le mode ondulatoire du déplacement des poissons dans l’eau. Ce mouvement, par ailleurs, est d’une élégance et d’une grâce toute siennoise. Comme nombre de scènes de l’Assomption de la fin du XIVe et du début du XVe s., le modèle est la fresque conçue par Simone Martini et exécutée par Sassetta à l’Antiporto di Camollia.

fullsizeoutput_39ce.jpeg

2

fullsizeoutput_3efc
fullsizeoutput_3efd
fullsizeoutput_3ef9
fullsizeoutput_3ef6
  • Prédelle :
    • Au centre : Pietà con Maria Addolorata e San Giovanni (Christ de Piété avec la Vierge de Douleurs et saint Jean)
fullsizeoutput_3ef1
fullsizeoutput_39ee
fullsizeoutput_3f06
fullsizeoutput_3ef2.jpeg
fullsizeoutput_3f00

  • Sur les bases des pilastres latéraux :
    • Tre devoti genuflessi (Trois dévots à genoux), à gauche, probablement la famille des donateurs
    • San Guglielmo eremita (Saint Guillaume ermite), à droite
fullsizeoutput_3ef5.jpeg

 

Le donateur et sa famille figurent dévotement au pied du retable, agenouillés. Le visage du père de famille est caractérisé d’une manière qui ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agisse d’un portrait résultant d’une étude attentive du modèle.

fullsizeoutput_3eff
fullsizeoutput_4075

  • Pilastre droit :
    • San Paolo (Paul), en haut
    • San Fabiano (Fabien), pape qui, en bas, fait face, comme souvent, à Sébastien avec qui il a en commun la date (20 janvier) de son martyre
fullsizeoutput_3ef7
fullsizeoutput_3ef4

Notes

Notes
1 Staggia : bourg situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Sienne, près de Poggibonsi. Le Musée de Staggia conserve la sidérante Assomption de Marie Madeleine, œuvre de Pollaiuolo. Voir « Staggia Senese ».
2 La date était encore lisible en 1872, ainsi que le nom de l’artiste, dans le catalogue du musée de cette même année qui signale l’inscription figurant sur le cadre : « Opus Giovanni de Senis MCCCCLXX ».
3 Référence et signification ?
4 TORRITI 1977, p. 430. Les anges qualifiés ici de chérubins sont, en fait, des séraphins (aux ailes rouges).