La face antérieure de la « Maestà »

7BCA2E7D-196A-4069-B938-18C2A83B0C1F.jpeg                  522E6D66-4CC8-4EE7-8054-575DCC788AC8.jpeg 55d7f95c-8536-4d09-b856-73cc7da38faa9da43b2b-d404-464b-a14b-8316abc4b18d

La plus probable des propositions de reconstitution de la face avant du polyptyque semble être celle décrite par John White [1], reprise par Luciano Bellosi. [2] C’est cette dernière qui est reproduite ci-dessous.

0d558d31-e2a6-4811-939f-1364b894a688

Prédelle

9da43b2b-d404-464b-a14b-8316abc4b18d

La prédelle comportait sept scènes de l’enfance du Christ. Toutes ces scènes appartiennent nécessairement aussi à la vie de la Vierge, d’où leur présence logique sur la face antérieure de la Maestà, qui est entièrement consacrée à Marie. C’est pour cette même raison que la Vierge est présente dans chacune des scènes, excepté dans celle du Massacre des Innocents. Entre les différentes scènes de l’enfance du Christ, s’intercalaient six figures de prophètes de l’Ancien Testament : Isaïe, Ézéchiel, Salomon, Malachie, Jérémie, Osée, dont le rôle est d’ajouter un commentaire aux épisodes qu’ils encadrent et de souligner, par le biais des textes bibliques inscrits sur les rouleaux qu’ils exhibent devant eux, de quelle manière l’Ancien Testament préfigure le Nouveau et, par là-même, le thème de l’Incarnation du Christ.

Cinq des scènes, ainsi que quatre des prophètes, sont conservés au Museo dell’Opera. Les quatre premiers compartiments, que nous ne verrons donc pas ici, appartiennent aujourd’hui à deux grandes collections publiques anglaise et américaine ; ils figurent ci-dessous, indiqués en gras.

img_5592Version 3img_5595fullsizeoutput_2102fullsizeoutput_2139fullsizeoutput_2259fullsizeoutput_2138fullsizeoutput_225afullsizeoutput_217bfullsizeoutput_225bfullsizeoutput_2127fullsizeoutput_225cfullsizeoutput_2126

Panneau central

55d7f95c-8536-4d09-b856-73cc7da38faa

Flèches du couronnement

Il ne subsiste, pour chacune des deux faces du polyptyque, que six compartiments qui devaient être d’un format irrégulier à six côtés, comme celui ci-dessous, qui représente les Funérailles de la Vierge (bien que ce dernier ait, cependant, été diminué en largeur de chaque côté). Ces compartiments constituent un cycle dédié aux dernières scènes de la vie de la Vierge inspirées de la Légende dorée de Jacques de Voragine. [3]

7BCA2E7D-196A-4069-B938-18C2A83B0C1F.jpeg         522E6D66-4CC8-4EE7-8054-575DCC788AC8.jpeg

Cuspides

Il est à peu près sûr que le retable comportait au sommet de chacune de ses deux faces une frise de six anges.

[1] WHITE 1966, , p. préciser

[2] BELLOSI 1998, p. préciser

[3] Au verso de l’œuvre, le couronnement sera consacré aux Apparitions du Christ après sa mort, dont la source textuelle se trouve dans les quatre Évangiles.