Giovanni Antonio Bazzi, dit ‘Il Sodoma’

Selon Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari, publiées en 1568, l’artiste était toujours entouré de jeunes gens, dont il goûtait fort la compagnie, ce qui lui aurait valu son surnom de Sodoma (italien pour Sodome). Vasari ajoute, que loin d’en prendre ombrage, l’artiste en tirait gloire. Toujours selon la même source, après la victoire d’un des chevaux du Sodoma dans une course à Florence, son surnom fut scandé dans la ville, indisposant les citoyens3.