Christ en croix

On appelle « Christ en croix » la représentation du Christ seul sur un support détouré au format de la croix, et peint. On qualifie aussi ce type de représentation de « Crucifix peint » (Crocifisso dipinto) ou de « Croix peinte » (Croce dipinta). Plus économique à réaliser qu’une sculpture, la croix peinte a connu un grand succès en Italie à l’époque médiévale (Cimabue, Giotto, Duccio…). Avec le temps, la représentation du Christ évolue, de même que la structure générale, pour aboutir XIVe siècle à un nouveau type de Croix peinte et chantournée (Croce dipinta e sagomata) essentiellement fondée sur un plus grand réalisme (Pietro Lorenzetti, Lorenzo Monaco, Bartolomeo di Fruosino, …).

Iconographie 

Les premières représentation du Christ en croix sont peintes sur des crucifix qui comportent également des tabelloni. [1]

 

3EDBAFE6-5D90-4608-B927-FD612FA16699

1

  • A la fin du XIIIe siècle, à Florence, Cenni di Pippo, dit ‘Il Cimabue’, invente le type du Christ résigné (Christus patiens). Le Christ, dorénavant, n’est plus représenté, comme à l’époque byzantine, détaché, royal et triomphant ; il est vu comme un homme souffrant, mourant, victime du destin commun à tous les autres mortels ; sa physionomie rend sa souffrance visible ; son corps porte les traces des blessures  qui lui ont été infligés  ; il est représenté :
    • face tournée vers le sol, émaciée, saisie par la mort
    • yeux fermés
    • le corps affaissé
    • les plaies des mains, des pieds et du flanc saignent
  • Exemples :

Voir également : Croix peinte

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s