Les divinités gréco(-romaines)

TRAVAIL EN COURS

Chaos, l’entité primordiale

Selon de nombreuses théologies de la Grèce antique, le dieux Chaos serait l’entité primordiale à l’origine de toutes les entités divines du monde grec antique, celui par qui tout a commencé [1]« Au commencement exista le Chaos, puis la Terre à la large poitrine, demeure toujours sûre de tous les Immortels qui habitent le faite de l’Olympe neigeux ; ensuite le sombre Tartare, placé sous les abîmes de la Terre immense ; enfin l’Amour, le plus beau des dieux, l’Amour, qui amollit les âmes, et, s’emparant du coeur de toutes les divinités et de tous les … Poursuivre. Du néant, il aurait engendré Gaïa (la Terre), Érèbe (les Ténèbres souterraines), Nyx (la Nuit), Éros (l’Amour) et Tartare (les enfers bouillonnant du centre de la terre). Selon la Théogonie d’Hésiode, il précède non seulement l’origine du monde, mais celle de tous les autres dieux.

Abysse : Dans la mythologie grecque il est communément associé au dieu Chaos, on ne lui connait pas de descendance.

Les divinités primordiales [2]Il n’existe nulle preuve qu’un culte leur ait été rendu.
Divinité grecque (son assimilation romaine)IdentitéAscendance et descendance
Amphitrite (Salacie)Divinité de la mer, maîtresse des monstres marinsSes parents sont le dieu marin primitif Nérée et l’océanide Doris. Elle est l’une de leur multiples filles, les Néréides, généralement au nombre de cinquante, et a un frère unique, Néritès. Pontos (le Flot) et Gaïa (la Terre) sont ses grands-parents paternels, Océan et Téthys ses grands-parents maternels.
Cronos, ou Kronos (Saturne)Le TempsFils d’Ouranos et Gaïa, Titan, époux de sa sœur Rhéa et père des Cronides [3]Cronides : nom donné aux enfants des Titans. Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus. Son attribut principal est la faux, avec laquelle il a tranché le sexe de son père, Ouranos. Les Titans formaient la progéniture la plus intelligente de Gaïa et de son fils Ouranos, le premier couple divin de la mythologie.
GaïaLa TerreEngendre seule (Il serait préférable de dire « fait advenir ».)) Ouranos, le Ciel Étoilé, être égal à elle-même et capable de la couvrir tout entière. S’unissant à Ouranos, « celui qui fait pleuvoir », le « ciel qui féconde la terre en l’arrosant de ses pluies » [4]Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283., elle enfante ensuite les Cyclopes [5]Cyclopes : bâtisseurs de murs colossaux, à l’œil unique au milieu du front, qui donneront plus tard le foudre à Zeus., les Titans et Titanides [6]Titans et Tinanides : divinités de très grande taille, décrits comme violents et forts dans la Théogonie d’Hésiode., parmi lesquels Cronos (celui qui sauvera ses frères et sœurs de la haine de leur géniteur) et les Hécatonchires : Cottos, Briarée et Gygès [7]Hécatonchires : monstres possédant cinquante têtes et vent bras..
Ouranos [8]Tous les enfants d’Ouranos restaient emprisonnés par lui dans les entrailles de la Terre maternelle. Pour sa délivrance et la leur, Gaïa donna à Cronos, son plus jeune fils, une faucille en silex : la nuit venue, quand le Ciel descendit couvrir la Terre, Cronos s’en prit donc à son père qu’il émascula, prenant du même coup le pouvoir. Entamé dans le sang, le règne … PoursuivreLe Ciel nocturne étoilé,  « celui qui fait pleuvoir », le « ciel qui féconde la terre en l’arrosant de ses pluies » [9]Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens ? », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
Rhéa, ou Rhéia (Cybèle et Ops)Déesse de l’abondance, de la végétation, également médiatrice entre Zeus et HestiaTitanide, fille d’Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre), sœur et femme du Titan Cronos, et mère des Cronides, les dieux et déesses Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus.
  • Ouranos : leCiel nocturne étoilé,  « celui qui fait pleuvoir », le « ciel qui féconde la terre en l’arrosant de ses pluies » [10]Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens ? », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
  • Gaïa (la Terre) : engendre seule — en vérité « fait devenir » — un être égal à elle-même et capable de la couvrir tout entière, Ouranos, le Ciel Étoilé. S’unissant à Ouranos, « celui qui fait pleuvoir », le « ciel qui féconde la terre en l’arrosant de ses pluies » [11]Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283., elle enfante ensuite les Cyclopes (bâtisseurs de murs colossaux, à l’œil unique au milieu du front, qui donneront plus tard le foudre à Zeus), les Titans et Titanides (divinités de très grande taille, décrits comme violents et forts dans la Théogonie d’Hésiode), parmi lesquels Cronos (celui qui sauvera ses frères et sœurs de la haine de leur géniteur) et les Hécatonchires : Cottos, Briarée et Gygès (monstres possédant 50 têtes et 100 bras).
  • Cronos ou Kronos : fils d’Ouranos et Gaïa est un Titan, l’époux de sa sœur Rhéa et le père des Cronides [12]Cronides : nom donné aux enfants des Titans. Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus. Son attribut principal est la faux, avec laquelle il a tranché le sexe de son père, Ouranos. Les Titans formaient la progéniture la plus intelligente de Gaïa et de son fils Ouranos, le premier couple divin de la mythologie.
  • Rhéa, ou Rhéia est une Titanide, fille d’Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre), sœur et femme du Titan Cronos, et mère des Cronides, les dieux et déesses Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus.
  • Amphitrite (Salacie) : Ses parents sont le dieu marin primitif Nérée, surnommé « le vieux de la mer » , et l’océanide Doris. Elle est l’une de leur multiples filles, les Néréides, généralement au nombre de cinquante, et a un frère unique, Néritès. Pontos (le Flot) et Gaïa (la Terre) sont ses grands-parents paternels, Océan et Téthys ses grands-parents maternels. .
Divinités marines primordiales
  • Célio
  • Eurybie
  • Nérée
  • Phorcys
  • Thaumas
Les titanides, première génération

Selon La Théogonie d’Hésiode, ils sont six frères et six sœurs enfantés par Gaïa « des embrassements d’Ouranos » :

  • Océanos ou Océan, l’aîné, maître des eaux : fils d’Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre), frère et époux de Téthys. Ses 3 000 fils sont les dieux fleuves et ses 3 000 filles, les Océanides. Plusieurs sources établies le font en outre engendrer Triptolème avec sa propre mère Gaïa, et les Cercopes avec sa fille Théia, distincte de la Titanide du même nom.
  • Koios, « celui qui pense » ;
  • Crios, qui se tient à l’ouest ;
  • Hypérion, « celui qui est au-dessus », le feu céleste ;
  • Japet, « celui qui précipite », ancêtre des humains ;
  • Théia, « la divine », créatrice des métaux précieux ;
  • Rhéa, épouse de Cronos ;
  • Thémis, « la loi divine », qui préside à la justice ;
  • Mnémosyne, « celle qui se souvient », fondatrice du langage ;
  • Phébé, « la brillante », couronnée d’or, l’éclat de la Lune ;
  • Téthys, qui préside à la fécondité marine ; Océan et Téthys, qui étaient frère et sœur, s’unirent pour donner naissance à de très nombreux fils, les dieux-fleuves et de très nombreuses filles, les Océanides aux fines chevilles. Hésiode dans la Théogonie en fournit une longue liste mais il précise qu’il faudrait en rajouter plus de 3000.
  • Cronos, né en dernier, qui émasculera son père avec une faucille et le détrônera3.

Cependant le nombre de Titans varie selon les traditions. Ainsi, Apollodore d’Athènes ajoute une septième Titanide Dioné. [13]« Il eut ensuite d’autres fils, appelés Titans, savoir, l’Océan, Cœüs, Hypérion, Crius, Japet, et Saturne, le dernier de tous ; et des filles, nommées les Titanides, qui furent Téthys, Rhéa, Thémis, Mnémosyne, Phœbé, Dioné et Thia ». Appolodore d’Athènes, Bibliothèque.

Les Cyclopes dits au « cœur violent » (Brontès, Stéropès et Arghès) ainsi que les Hécatonchires (Cottos, Gyès et Briarée), tous fils d’Ouranos et de Gaïa, ne sont pas considérés comme des Titans.

Les titanides, seconde génÉration
Les divinités de l’Olympe
  • Zeus : Fils de Cronos et de Rhéa, il règne sur le ciel et sur le panthéon grec. Malgré son mariage avec Héra, il a de nombreux enfants (divins ou humains) de ses nombreuses conquêtes
  • Héra : Fille de Cronos et de Rhéa, déesse du mariage ; elle siège, en sa qualité d’épouse de Zeus, sur le trône olympien
  • Posséidon : Dieu des tremblements de terre, des tempêtes, de la mer et des océans, époux d’Amphitrite
  • Hestia : Fille de Cronos et de Rhéa, elle veille sur le foyer. Elle demeure une figure discrète du panthéon
  • Déméter : Fille de Cronos et de Rhéa, déesse de l’agriculture et des moisson
  • Apollon : Frère jumeau d’Artémis, il est le dieu de l’art, de la beauté, du soleil, mais aussi de la médecine. En tant qu’Apollon Loxias (c’est-à-dire Apollon l’oblique), il est le dieu des oracles et possède un temple oraculaire à Delphes.
  • Artémis (Diane) : Fille de Zeus et de Léto, elle est la déesse de la chasse et de la lune. Elle est, avec Athéna et Hestia, l’une des seules déesses du panthéon ayant juré de préserver sa virginité
  • Héphaïstos : Fils de Zeus et d’Héra ou d’Héra seule selon les traditions, il travaille dans sa forge sur l’île de Lemnos. On le décrit comme laid et boiteux, contrastant avec son épouse, la belle Aphrodite
  • Athéna : Fille de Zeus et de Métis, elle est la déesse de la sagesse, de la guerre et de l’artisanat. Elle est également la protectrice d’Athènes
  • Arès : Fils de Zeus et d’Héra, il est le dieu de la guerre. Mais contrairement à sa sœur Athéna, il représente non pas la stratégie militaire, qui mène à la victoire, mais la guerre dans sa dimension violente, celle qui provoque les ravages et rougit la terre.
  • Aphrodite : Née de l’écume de la mer ou fille de Zeus et de Dioné selon les traditions, elle préside à la beauté, à l’amour, à la sensualité. Elle est mariée à Héphaïstos mais a de nombreux amants, Arès notamment
  • Hermès : Fils de Zeus et de Maïa, il est le messager des dieux. Outre ce rôle, il assure la fonction de « conducteur des âmes » (Hermès psychopompe). Enfin, il est le patron des voyageurs, qu’ils soient simples itinérants, commerçants ou même encore voleurs.
  • Dionysos : Fils de Zeus et de Sémélé, il est le dieu de la fureur et de la folie. D’une part, associé à l’ivresse, il est le dieu du vin et de la vigne. D’autre part, en tant que dieu de l’enthousiasme, il préside aux rassemblements déchaînés et aux processions confuses, où l’ordre alterne avec le chaos. C’est parmi ces foules, souvent déguisées, que prend place l’émergence de troupes masquées, annonçant ainsi la naissance du théâtre
  • Zeus : dieu du ciel et de la foudre
  • Héra : déesse du mariage et de la fécondité
  • Poséidon : dieu de la mer
  • Hadès : dieu des enfers
  • Hestia : divinité du feu sacré et du foyer
  • Déméter : déesse de la terre fertile
Les divinités chthoniennes

Ce sont, en opposition aux divinités Olympiennes rattachées au ciel, des divinités souterraines associées aux Enfers.

  • Hadès est le roi des Enfers (composés des Champs Élysées, du pré de l’Asphodèle, des Champs du châtiment et du Tartare).
  • Perséphone, déesse du printemps, règne sur les Enfers aux côtés de son époux Hadès quatre mois par an, et passe les huit autres avec sa mère Déméter, sur Terre ou sur l’Olympe.
  • Hécate est une des déesses de la Lune (avec Artémis et Séléné).
  • Nyx, divinité primordiale de la nuit, réside aux Enfers ainsi que ses fils, les jumeaux Hypnos, dieu du sommeil, et Thanatos, dieu de la mort. Hypnos donnera naissance à Morphée, dieu des rêves.
  • Les Érinyes sont des déesses infernales persécutrices.
Fille de Zeus (dans l’Iliade), Ouranos (dans la Théogonie) et de Dioné (dans l’Iliade)
AphroditeVénusDéesse de la Germination, de l’Amour, des Plaisirs, de la Beauté, et de la Séduction.
ApollonPhébusDieu du Chant, de la Musique, de la Poésie, de la Lumière du Soleil, de la Guérison et de l’Avenir.Frère jumeau d’Artémis.
ArèsMarsDieu de la Guerre.Frère d’Athéna et d’Héphaïstos.
ArtémisDianeDéesse de la Chasse et de la Lune.Sœur jumelle d’Apollon.
AsclépiosEsculapeDieu de la Médecine.
AthénaMinerveDéesse de la stratégie guerrière, de la Sagesse, des Artisans, des Artistes et des Maîtres d’école.Sœur d’Arès et d’Héphaïstos.
BoréeAquilonPersonnification du Vent du nord.
CharitesGrâcesDéesses de la Beauté.Filles de Zeus.
ChlorisFloreDéesse des Fleurs.
CronosSaturneRoi des Titans.Père de Zeus, Hadès, Poséidon, Héra, Déméter et Hestia.
DéméterCérèsDéesse de la Nature, l’Agriculture et de la Fertilité.Sœur de Zeus, de Poséidon, d’Hadès, d’Héra, et d’Hestia ; mère de Perséphone.
DionysosBacchusDieu de la Vigne, des Fêtes, de la Musique et du Théâtre.
ÉnyoBelloneDéesse de la Guerre.
ÉoleAeolusDieu et maître des Vents et des Tempêtes.
ÉosAuroreDéesse de l’Aurore.
ÉrinyesFuriesDéesses de la Vengeance.
Érèbe, ErebosErebusDieu et personnification des Ténèbres.
ÉrisDiscordeDéesse de la Discorde.
ÉrosCupidonDieu de l’Amour.
EurosVulturnusDieu du Vent d’est.
GaïaTellus, TerraDéesse mère et de la Terre.
HadèsPlutonDieu des Enfers.Frère de Zeus, Poséidon, Héra, Déméter et Hestia.
HarmonieDéesse de l’harmonie et de la discorde.Fille de Zeus et Électre ou bien d’Arès et d’Aphrodite
HébéJuventasDéesse de la Jeunesse, de la Vitalité.
HécateDéesse de la magie.
HéliosSolDieu du Soleil.
HéraJunonReine des dieux, déesse du Mariage et de la Naissance.Sœur et femme de Zeus ; sœur de Poséidon, Hadès, Déméter et Hestia.
HéraclèsHerculeDemi-dieu personnifiant la Force.
HéphaïstosVulcainDieu des Forgerons et du Feu.Fils d’Héra et de Zeus.
HermèsMercureDieu du Commerce, messager des dieux et des voleurs.
HestiaVestaDéesse du Foyer.Sœur de Zeus, de Poséidon, d’Hadès, de Déméter, et d’Héra.
HygieSalusDéesse de la Santé.
HypnosSomnusDieu du Sommeil.
IlithyeLucineDéesse de la Maternité.Fille de Zeus et Héra.
MnémosyneMonetaDéesse de la mémoire.Fille d’Ouranos et de Gaïa ; mère des neuf muses ; conjointe de Zeus.
MoiresParquesDéesses personnifiant le Destin.
MusesCamènesAu nombre de neuf, elles se nomment Clio, Calliope, Euterpe, Thalie, Melpomène, Terpsichore, Érato, Uranie et Polymnie. Clio est la Muse de l’Histoire ; Calliope, la Poésie héroïque et l’Éloquence ; Euterpe, la Musique ; Thalie, la Comédie ; Melpomène, la Tragédie ; Terpsichore, la Danse ; Érato, la Poésie lyrique ; Uranie celle de l’Astronomie ; Polymnie, la Rhétorique.Filles de Zeus.
NémésisInvidiaDéesse de la juste colère (des dieux) et du châtiment céleste.
NotosAusterDieu du Vent du sud.
NyxNoxDéesse et personnification de la Nuit.
OuranosUranusDieu père et du Ciel.
PanFaunusDieu de la Nature.
PerséphoneProserpineDéesse des Plantations.Fille de Déméter et de Zeus ; épouse d’Hadès.
PhobosDieu de la peur paniquefrère de Déimos et fils d’Arès et d’Aphrodite
PoséidonNeptuneDieu des Mers et des Océans.Frère de Zeus, d’Hadès, de Déméter, d’Héra, d’Hestia ; père des Cyclopes.
RhéaCybèle, OpsTitanide.Épouse de Cronos ; mère de Zeus, Héra, Hestia, Hadès, Déméter et Poséidon.
SélénéLunaDéesse de la Lune.Fille des fille des TitansHypérion et Théia.Sœur de Hélios (Sol) et Éos (Aurore).
ThanatosOrcus, Mors, LetusDieu de la Mort.Frère jumeau d’Hypnos.
ThémisJusticeDéesse de la Justice.
ZéphyrFavoniusPersonnification du Vent d’ouest.
ZeusJupiterRoi des dieux, dieu de la Foudre et du Ciel.Marié à Héra ; frère de Poséidon, d’Hadès, de Déméter, d’Héra, d’Hestia, père de tous les dieux.

Les Ouréas

Les Ouréa (les montagnes) sont des divinités primitives rarement mentionnées, personnifications mâles de 13 grands sommets de chaînes montagneuses. Ils sont, fils de Gaïa (la Terre) que celle-ci engendra à partir d’elle-même. [14]Selon Hésiode, Gaïa engendra toute seule Ouranos (le Ciel), Ouréa puis Pontos (la Mer). Lieux de retraite pour les Nymphes divines, en particulier les Oréades.

Chaque chaîne de montagnes en rapport avec la mythologie à son propre dieu et porte son nom :

  • Athos : montagne au nord de la Grèce dans la région de Macédoine-Thrace, dans la péninsule de Chalkidique qui abrite aujourd’hui la république monastique de l’église orthodoxe et une entrée uniquement autorisée au genre masculin sur invitation. Selon une version, lors de la gigantomachie, Poséidon en aurait fait le tombeau du géant Athos après l’avoir neutralisé.
  • Cithéron : montagne de la région de Béotie au centre de la Grèce, qui doit son nom à Cithéron, le roi de Platées. Son dieu a participé, selon les écrits, à un concours de chant avec le mont Hélicon, une autre montagne de Béotie, Hercule a également combattu le lion de Cithéron sur la montagne, avant celui de Némée. C’est également sur cette montagne qu’un pâtre aurait découvert Œdipe qui avait été abandonné dans la montagne par ses parents suite à une prédiction par l’oracle de Delphes. 
  • Dicté : montagne située en Crète, le plus haut sommet de la région de Lassithi, dans la partie Est de l’île. C’est dans une grotte de cette montagne (l’antre du Dikté ou grotte de Psychro), que, selon certaines traditions, Zeus y serait né, de nombreuses offrandes y ont été découvertes.
  • Etna : volcan haut de plus de 3350m et connu de tous, il est situé sur l’île de Sicile en Italie. Dans la mythologie grecque, il serait la tombe du géant Encelade, enterré par Athèna après avoir déserté durant la guerre des Titans. Dans une autre version c’est Zeus qui en aurait fait la tombe de Typhon, ou encore, que les forges du dieu Héphaïstos seraient localisées en dessous (initialement situées sur l’île de Lemnos).
  • Hélicon : un massif montagneux de Béotie, très tortueux, qui culmine à 1.748m face au mont Cithéron, contre qui il a participé à un concours de chants. C’est sur cette montagne que le sabot de Pégase a fait naitre la source Hippocrène, lieu de retraite des muses avec le Parnathos. Un sanctuaire a été découvert, proche de la cité de Thespies où on dévoyait un culte à Éros.
  • Ida crétois : montagne de Crète qui s’appelle aujourd’hui le mont Psiloritis, le plus haut sommet de l’île. Culminant à plus de 2450m, il est situé au centre de la Crète entre Héraklion et Rethymnon. Une caverne (caverne de Zeus ou d’Ida) se dispute la notoriété d’avoir vu naître le dieu des dieux, Zeus, mais en matière de mythologie, rien n’est jamais certain, néanmoins, dans le passé, la montagne portait le nom de la nymphe Ida qui y aurait élevé la divinité, loin de l’appétit féroce de Cronos.
  • Ida phrygien : montagne de Troade située au nord-ouest de l’actuelle Turquie sous le nom de Kaz Dag proche de la célèbre ville de Troie. La montagne a de nombreuses références en mythologie, entre autres, d’avoir été le lieu qui a servi au jugement de Pâris et aussi comme tribune aux dieux pour assister à la bataille de Troie.
  • Laurion : montagne proche d’Athènes au sud de la région de l’Attique, un massif minier très exploité dans l’antiquité, dont les mines d’argent ont largement contribué à faire la richesse d’Athènes à l’époque de Périkles.
  • Nysa ou Nysos : c’est la montagne sacrée du dieu Dionysos, fils du dieu Zeus et de la mortelle Sémélé, une montagne mythique qui, bien que sa localisation ne soit pas définie avec certitude, serait située dans la région de Béotie au centre de la Grèce. Selon certaines croyances, c’est de cette montagne (le mont Nysa) que Dionysos tire son nom et que c’est là qu’il aurait inventé le vin.
  • Olympe : c’est la plus haute montagne de Grèce, avec un sommet qui culmine à 2 917 mètres, elle fait partie de l’un des 24 parcs nationaux de Grèce. Comme son sommet est souvent sous les nuages, caché des mortels, le mont Olympe est traditionnellement perçu comme le domaine des dieux. Dans l’antiquité, il était perçu comme un jardin secret, la où vivaient les dieux qui festoyaient et consommaient de l’ambroisie qui les rendait immortels.
  • Orthrys : nom d’une montagne dans le centre de la Grèce située au sud de la plaine de Thessalie, approximativement en face du sud de la péninsule de Magnésie et la pointe nord de l’île d’Eubée. Dans la mythologie, des écrits indiquent le mont Othrys comme étant un lieu capital, la base de rassemblement et des Titans et Titanides durant la Titanomachie, leur guerre contre les dieux de l’Olympe
  • Parnasse : montagne à l’ouest de la Béotie qui s’étend jusqu’en Phocide la région de Delphes. Particulièrement vénérée dans l’Antiquité, la montagne était consacrée à la fois au dieu Apollon et aux neuf Muses, qui avaient également une autre demeure sur le mont Hélicon. La montagne du Parnasse abritait l’Antre corycien, là où on vénérait aussi le dieu Pan
  • Tmolos : chaîne montagneuse actuellement appelée Boz Daglar, est située dans le prolongement Est de Smyrne (ou Izmir), coincée entre la région de Ionie et celle de Lydie dans l’actuelle Turquie. D’après Plutarque, le mont Tmolos s’appelait Carmanorion, le nom du nom d’un fils de Dionysos, son nom actuel provient d’un fils d’Arès, le roi de Lydie Tmolos, tué par Artemis pour avoir été le responsable du suicide d’une Nymphe.

Hésiode, Théogonie (trad. du grec ancien par Annie Bonnafé, préf. Jean-Pierre Vernant), Paris, Payot & Rivages, coll. « La Petite Bibliothèque », 1993.

Louise Bruit Zaidman et Pauline Schmitt Pantel, La religion grecque : Dans les cités à l’époque classique, Malakoff, Armand Colin, 1991 (2e éd. 2017).

Homère, Iliade (trad. Robert Flacelière), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1955 (2e éd. 1993).

Notes

Notes
1 « Au commencement exista le Chaos, puis la Terre à la large poitrine, demeure toujours sûre de tous les Immortels qui habitent le faite de l’Olympe neigeux ; ensuite le sombre Tartare, placé sous les abîmes de la Terre immense ; enfin l’Amour, le plus beau des dieux, l’Amour, qui amollit les âmes, et, s’emparant du coeur de toutes les divinités et de tous les hommes, triomphe de leur sage volonté. Du Chaos sortirent l’Érèbe et la Nuit obscure (19). L’Éther et le Jour (20) naquirent de la Nuit, qui les conçut en s’unissant d’amour avec l’Érèbe. La Terre enfanta d’abord Uranus couronné d’étoiles et le rendit son égal en grandeur afin qu’il la couvrît tout entière et qu’elle offrît aux bienheureux Immortels une demeure toujours tranquille ; elle créa les hautes montagnes, les gracieuses retraites des Nymphes divines qui habitent les monts aux gorges profondes. Bientôt, sans goûter les charmes du plaisir, elle engendra Pontus, la stérile mer aux flots bouillonnants ; puis, s’unissant avec Uranus, elle fit naître l’Océan aux gouffres immenses, Céus (21), Créus, Hypérion, Japet, Théa, Thémis, Rhéa, Mnémosyne, Phébè à la couronne d’or et l’aimable Téthys. Le dernier et le plus terrible de ses enfants, l’astucieux Saturne, devint l’ennemi du florissant auteur de ses jours. La Terre enfanta aussi les Cyclopes (22) au coeur superbe, Brontès, Stéropés et l’intrépide Argès, qui remirent son tonnerre à Jupiter et lui forgèrent sa foudre : tous les trois ressemblaient aux autres dieux, seulement ils n’avaient qu’un oeil au milieu du front et reçurent le surnom de Cyclopes, parce que cet oeil présentait une forme circulaire. Dans tous les travaux éclataient leur force et leur puissance. Hésiode, Théogonie. http://remacle.org/bloodwolf/poetes/falc/hesiode/theogonie.htm#19.
2 Il n’existe nulle preuve qu’un culte leur ait été rendu.
3 Cronides : nom donné aux enfants des Titans.
4 Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
5 Cyclopes : bâtisseurs de murs colossaux, à l’œil unique au milieu du front, qui donneront plus tard le foudre à Zeus.
6 Titans et Tinanides : divinités de très grande taille, décrits comme violents et forts dans la Théogonie d’Hésiode.
7 Hécatonchires : monstres possédant cinquante têtes et vent bras.
8 Tous les enfants d’Ouranos restaient emprisonnés par lui dans les entrailles de la Terre maternelle. Pour sa délivrance et la leur, Gaïa donna à Cronos, son plus jeune fils, une faucille en silex : la nuit venue, quand le Ciel descendit couvrir la Terre, Cronos s’en prit donc à son père qu’il émascula, prenant du même coup le pouvoir. Entamé dans le sang, le règne de Cronos se révéla bientôt aussi tyrannique que celui de son père.
9 Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens ? », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
10 Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens ? », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
11 Romain Garnier, Compte-rendu de Jean-Paul Demoule, « Mais où sont passés les Indo-Européens », Wékwos, vol. 2, 2015, p. 279-283.
12 Cronides : nom donné aux enfants des Titans.
13 « Il eut ensuite d’autres fils, appelés Titans, savoir, l’Océan, Cœüs, Hypérion, Crius, Japet, et Saturne, le dernier de tous ; et des filles, nommées les Titanides, qui furent Téthys, Rhéa, Thémis, Mnémosyne, Phœbé, Dioné et Thia ». Appolodore d’Athènes, Bibliothèque.
14 Selon Hésiode, Gaïa engendra toute seule Ouranos (le Ciel), Ouréa puis Pontos (la Mer). Lieux de retraite pour les Nymphes divines, en particulier les Oréades.
%d blogueurs aiment cette page :