La Cattedrale di Santa Maria Assunta

C48B9647-029F-4B06-80AD-CB30E2B76117

La Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption
Informations pratiques
  • Horaires

    • 1 mars – 1 novembre : 10:30 – 19:00 / Jours fériés : 13:30 – 18:00 / Veille des jours fériés : 10:30 – 18:00
      2 novembre – 28 février : 10:30 – 17:30 / Jours fériés : 13:30 – 17:30 / Veille des jours fériés : 10:30 – 17:30
      26 dicembre – 8 gennaio: 10:30 – 18:00 / Jours fériés : 13:30 – 17:30 / Veille des jours fériés : 10:30 – 17:30
      Ouverture dominicale de la Cathédrale au mois de mars seulement : 13:30 – 17:30
    • Ouverture de la billetterie : 9:45
    • Les horaires peuvent subir des variations en raison des cérémonies religieuses.
  • Pavement du sol de la Cathédrale :
    • Il est découvert une fois par an, à partir du 18 août (deux jours après le Palio de l’Assunta), et jusqu’à fin octobre. Le reste du temps, la majorité des œuvres est dissimulée sous des bâches visant à les protéger des risques liés au piétinement occasionné par le passage des visiteurs.

0D254B98-BF04-4BDF-B64C-A65BDE5006F5

Histoire de la Cathédrale en quelques dates
  • Voir lien ci-dessus.

« L’édifice du haut Moyen Âge se dressait sur un escarpement rocheux [1] qui contraignit à l’agrandissement de la cathédrale. Des solutions hardies furent donc adoptées, pour l’aménagement de la façade orientale ou pour le projet d’agrandissement de l’édifice vers Vallepiatta et l’édification dans le Planum Sainte-Marie d’une nef nouvelle – le Duomo nuovo, resté inachevé [2]. Le chantier suscita l’acheminement de matériaux nombreux dont les caractéristiques sont perceptibles dans la structure même de l’édifice – comme l’adoption de voûtes plutôt que de couvertures en bois (capriate), comme l’emploi de briques au lieu de pierres au XIIIe siècle – ou dans son apparence –  l’usage de parements en marbres blancs et noirs [3]. L’usage des matériaux les plus communs tenait donc des circonstances et relevait d’un choix. Ce ne fut pas le cas des matériaux précieux (métaux et bois rares) qu’il fallut faire venir de loin, ni de la plupart des matières premières comme la chaux, le plâtre, le sable et l’eau qui se trouvaient en abondance à proximité de la ville et qui ne suscitèrent pas d’importants problèmes d’approvisionnements (hormis l’organisation du transport). Elles contribuèrent à faire considérer la cathédrale comme un « produit du terroir ». Les archives de l’Œuvre nous offrent la possibilité de mieux percevoir non seulement l’importance des ressources employées, mais aussi leur localisation et leur intense exploitation. [4]

Extérieur de l’édifice
Intérieur de l’édifice

ABC1E6B1-82EF-4527-894C-99C64E1CBB80

Autres sites faisant partie du complexe de la Cathédrale

[1] Cf. A. Giorgi, S. Moscadelli, Costruire…, op. cit., p. 408-409 (Tavola VI).

[2] Cf. R. Guerrini éd., Sotto il duomo di Siena. Scoperte archeologiche, architettoniche e figurative, Milano, Silvana Editoriale, 2003.

[3] Cf. A. Giorgi, S. Moscadelli, Costruire…, op. cit., p. 394 (Grafico 14).

[4] GIORGI, Andrea Giorgi et MOSCADELLI, Stefano« La cathédrale comme « produit du terroir ». Ressources naturelles et matières premières dans la construction de la cathédrale de Sienne : choix et approvisionnements (XIIIe-XIVe siècles) », Médiévales [En ligne], 53, automne 2007, mis en ligne le 03 novembre 2010 ;  URL : http://journals.openedition.org/medievales/3963 ; DOI : 10.4000/medievales.3963, consulté le 19 juillet 2019.